Le Livre blanc de la Jeunesse kanak

 

 Le Sénat Coutumier est à l’origine, cette année, de l’élaboration d’un Livre blanc de la Jeunesse kanak

 

 

Le Sénat Coutumier de la Nouvelle-Calédonie est à l’origine, cette année, de l’élaboration d’un Livre blanc de la Jeunesse kanak, «  pour la mise en œuvre d’une politique publique en faveur de la jeunesse kanak et de la transmission des valeurs kanak ». Ce nouveau chantier a été initié par M. Joseph Nékaré, président de la commission éducation formation au Sénat coutumier. Sa mise en œuvre a été confiée à M.Paul Fizin, pilote du projet et consultant pour la jeunesse au Sénat Coutumier.

Ce Livre blanc a pour objectifs de :

-        Lister les besoins de la jeunesse dans les différents domaines : culturel, éducation, formation, santé, économique… Ces besoins prendront la forme de 25 mesures phares en faveur de la jeunesse kanak.

-        Suggérer un processus ou des moyens à mettre en œuvre pour répondre aux besoins au niveau du pays, des provinces, des aires coutumières, des communes, des tribus.

-        Identifier les institutions ou les collectivités compétentes en matière de politique jeunesse pour la mise en œuvre des mesures phares.

Conçu dans le sillage des Congrès de la jeunesse kanak, l’élaboration d’un Livre blanc a été adoptée par une délibération du Congrès le 23 septembre dernier.

Les Congrès de la Jeunesse kanak sont organisés tous les deux ans. Le premier s’est tenu à Bangou (Païta), en 2010, sous l’égide du Sénat coutumier et à la demande du haussariat. Il a réuni près de 1000 jeunes des huit aires coutumières. Ils y ont affirmé leur volonté de se doter d’une structure officielle pour les représenter auprès des institutions et vingt recommandations y ont été adoptées. Placé sous le signe de l’action, le congrès suivant, en 2012, à Luecila (Lifou) a réuni environ 400 jeunes. Si la mise en place d’un conseil de la jeunesse kanak par aire y a été actée, seuls les jeunes de l’aire Paicî-Cèmuhi ont monté un conseil.

Cette démarche s’inscrit également dans le cadre de la transmission, de la diffusion et de la promotion des valeurs contenues dans la Charte du peuple kanak (Téléchargez la Charte du peuple kanak.).

Pour en savoir plus sur la Charte du peuple kanak : http://www.senat-coutumier.nc/le-senat-coutumier/la-charte-du-peuple-kanak

25 recommandations

Ce document permettra de concrétiser 25 recommandations formulées par les jeunes, de 2009 à 2014, notamment lors des deux premiers Congrès de la Jeunesse kanak. Le livre blanc sera élaboré sur deux niveaux. D’une part, il va se nourrir des échanges issus des séminaires de jeunes qui se tiendront, à partir du mois de mars 2015, dans chacune des huit aires coutumières. L’objectif de ces séminaires sera, entre autres, de répondre aux questions suivantes : Comment traduire en termes de politiques publiques les 25 points ? Comment répondre au problématique de la jeunesse kanak au niveau du pays, des provinces, des aires coutumières, des communes, des tribus ? Quelles sont les actions à mettre en œuvre concrètement sur le terrain ? Comment mieux utiliser ce qui se fait déjà, en termes de politique jeunesse ?

D’autre part, le livre blanc va dresser un état des lieux des politiques publiques au niveau pays, provinces, communes…, à travers, notamment, d’un questionnaire à l’attention des 33 municipalités.

Le Livre blanc de la jeunesse kanak doit être livré, pour validation, au prochain Congrès de la jeunesse kanak, qui se  se tiendra la tribu d'Unia, à Yaté, du 8 au 11 juin 2015.

IIIe congrès de la jeunesse kanak à Unia - Yaté

Ce troisième Congrès est l’occasion pour la jeunesse kanak des 8 aires coutumières d’avoir un espace de parole pour à nouveau faire prendre conscience de la richesse de notre héritage : une civilisation de la relation ou l’igname rythme les échanges. Réaffirmons notre culture pour la partager et ainsi, contribuons à la construction d’une société qui tient compte dans tous les espaces de notre identité kanak. Que notre identité irrigue la réflexion du pays dans tous les domaines : l’école, la culture, le développement économique, la santé, les politiques publiques destinées à la jeunesse… « soyons comme l’igname : enraciner dans nos valeurs et la tête à l’extérieur ouverte sur le monde pour relever le défi de notre temps : conjuguer nos valeurs dans la modernité ».

Ainsi le Livre Blanc de la Jeunesse Kanak sera notre outil pour réaffirmer l’importance de la transmission de notre patrimoine culturel et être une force de propositions aux institutions et aux forces vives du pays.

Objectif global du 3CJK :

Donner un espace de parole à la jeunesse kanak et réaffirmer l’importance de la transmission du patrimoine culturel kanak

Les objectifs :

 Informations sur la Charte du Peuple Kanak

 Valoriser les initiatives de la jeunesse kanak

 Validation des propositions du Livre Blanc de la Jeunesse Kanak (L.B.J.K)

 Mise en place des jeunes référents pour le suivi et la remise du L.B.J.K par aires coutumières

Téléchargez le programme complet.


Les aires coutumières, les communes, les provinces et le gouvernement, qui se partagent la compétence jeunesse, se verront remettre une copie le 12 août 2015, Journée internationale de la jeunesse.

Le futur Congrès de la Jeunesse Kanak de 2017 sera l’opportunité de faire le point avec les institutions et collectivités sur la mise en œuvre des 25 propositions phares du livre blanc de la jeunesse kanak.


Interview de PAUL FIZIN

Pilote du « livre blanc de la jeunesse kanak » et du 3ème Congrès de la jeunesse kanak auprès du Sénat coutumier de la Nouvelle-Calédonie.

Qu’est-ce que le livre blanc de la jeunesse Kanak ?

Bonjour, Le livre blanc de la jeunesse kanak, c’est l’ensemble de la parole de la jeunesse kanak des 8 aires coutumières recueilli depuis 2009. Ce livre se veut être une synthèse de l’ensemble des travaux relatifs à la jeunesse : les recommandations des deux précédents congrès de la jeunesse kanak (Bangou, Païta 2010 et Luecila, Lifou 2012), l’atelier jeunesse de Netchaot, Koné en 2011 et les recommandations du séminaire de St Louis, Mt Dore de 2013 (séminaire du leadership)…Il contiendra un ensemble de mesures phares destinées à promouvoir la transmission des valeurs culturelles et favoriser l’égalité des chances pour la jeunesse Kanak.

Ce livre blanc a -t-il un lien avec la charte des valeurs du peuple kanak ?

Oui, la charte consacre les valeurs du peuple Kanak. Ce livre blanc est une mise en œuvre en termes de politiques publiques destinées à la jeunesse kanak. Il propose des pistes de réflexion sur le moyen de favoriser l’égalité des chances et la transmission des valeurs et de la culture kanak.

Quelles sont les grandes étapes de la rédaction des mesures phares contenu dans le livre blanc de la jeunesse kanak ?

Dans un premier temps nous avons voulu synthétiser l’ensemble du travail effectué depuis 2009, ce qui nous a permis de faire émerger les principales préoccupations de la jeunesse kanak : transmission culturelle, environnement, emploie, formation… Dans un second temps, nous sommes retournés dans les aires coutumières pour à nouveau donner la parole à la jeunesse par le billet des séminaires jeunesse kanak. Au mois mai, nous avons réuni le Comité des Experts à la tribu de Ouaté (Pouembout), qui est chargé d’apporter un regard technique sur les recommandations du livre blanc. L’ensemble des mesures du livre blanc sera validé lors de notre 3ème Congrès de la Jeunesse Kanak.

Quelle est le but du livre blanc de la jeunesse kanak ?

D’être un outil de dialogue avec l’ensemble des forces vives du pays (institutions, associations, églises..). Après le 3ème Congrès de la jeunesse Kanak, cette dernière aura sa parole et ses aspirations dans le livre blanc de la jeunesse kanak. L’objectif est que l’ensemble des forces vives du pays puissent se l’approprier et que chacun puisse le mettre en œuvre là, où il se trouve. Un premier bilan de mise en œuvre du livre blanc aura lieu en 2017 lors de notre prochain Congrès de la Jeunesse Kanak. Ce livre blanc sera la voile de la pirogue de la jeunesse Kanak, mais il appartiendra à tous d’être le vent, la force qui puisse favoriser la transmission de l’identité et l’égalité des chances